The Unknown Unknown: Finding the Jean Drapeau Collection

La version française suit

By Chris Lyons, Head Librarian, Rare Books and Special Collections

I think the most exciting part of my job as a rare book librarian is in discovering the “unknown unknowns,” to use Donald Rumsfeld’s turn of phrase. These unknowns are new acquisitions of which I wasn’t aware, but that are perfect additions to our collections.  They aren’t the famous high spots like the Gutenberg Bible or Shakespeare’s first folio, but they are the bread and butter of researchers and students. We find them in a variety of ways. We read the many dealers’ catalogues, with their rich descriptions and enticing illustrations. Knowing our collecting areas, book sellers often quote material to us directly as well.

The most stimulating way to discover these unknown unknowns is by exploring bookshops and antiquarian book fairs. Smaller fairs last a day or two and attract 10-20 antiquarian book dealers. Large international fairs attract the biggest sellers and buyers.

Roberts, Leslie, Robert Choquette and Hans van der Aa. Montréal. Montreal: Editions Leméac, 1965. MSG 1144 Département des livres rares et collections spécialisées. Source : Merika Ramundo

Roberts, Leslie, Robert Choquette and Hans van der Aa. Montréal. Montreal: Editions Leméac, 1965. MSG 1144 Rare Books and Special Collections. Credit: Merika Ramundo

At the Montreal Antiquarian Bookfair last September I discovered a few unknown unknowns.  Towards the end of my tour, I visited Bonheur d’occasion, the booth of the Montreal bookshop named after Gabrielle Roy’s famous novel.  Out of the corner of my eye I saw two red binders, photo albums documenting the construction of the 1976 Montreal Olympic stadium and park.  These were not mass-produced publications, but rather unique albums or ones made up in small numbers for officials and other insiders.  Pure researcher gold!

To my delight, the bookseller Mathieu Bertrand told me that they came from the personal library of Jean Drapeau, mayor of Montreal for a remarkable 29 years (1954 to 1957 and 1960-1986).   A larger-than-life figure, Mayor Drapeau put his stamp on Montreal as a modern city.  The Metro, Place des Arts, and the ribbons of highways that run around, over, under and through the city all bear his mark. He also helped put Montreal front and centre on the international stage with Expo 67 and the 1976 Olympics.

Photo d’Expo 67 tirée de l’album de photos personnelles de Jean Drapeau.

A photo from Drapeau’s Expo 67 photograph album.

Imagine my excitement when Mathieu told me that he had even more material from Drapeau’s personal library at his shop. There I discovered a collection that reveals the mind of Jean Drapeau in interesting ways. We acquired seven volumes of speeches from his first term as mayor. The speeches suggest that here was a man who seemed to put great stock in his opinions and his oratorical skills.  A fat bound volume of fan mail regarding the City’s publication Montreal 64, had complimentary sentences underlined, perhaps by Drapeau himself. Here was a man deeply sensitive to his and the city’s public image. There were private photo albums from Expo 67, Man and his World and the first anniversary banquet of the mayor’s Civic Party.

pages from Drapeau’s annotated copy of the 1980 Rapport de la Commission d'enquête sur le coût de la 21e olympiade

Page from Drapeau’s annotated copy of the 1980 Rapport de la Commission d’enquête sur le coût de la 21e olympiade. Credit: Jacquelyn Sundberg

The pièce de résistance, though, was the mayor’s copy of the 1980 Rapport de la Commission d’enquête sur le coût de la 21e olympiade.  Popularly called the Malouf Report after the commission’s chair, Judge Albert H. Malouf, the report blamed the mayor for the outrageous cost overruns that plagued the 1976 Olympics, especially in building the stadium.  If Expo 67 was the zenith of Drapeau’s career, when the world marvelled at Montreal’s audacious and stylish world’s fair, the Olympics was his nadir.  Massive cost overruns, allegations of waste and corruption, and the overly ambitious and impractical design of the stadium were all a black eye for Drapeau’s legacy.  Although he was re-elected in 1978 and 1982, the Olympics tarnished his reputation.

During his lifetime, Drapeau evaded discussing the Malouf Report, promising that he was writing a book in response. The promise came to be seen as nothing more than a way of avoiding answering the charges.  Discovering his copy of the report offers a way to break this silence.  The first volume of the report is filled with the mayor’s markings, potential clues to his reaction. For example, he circled all the cost estimates for the games, but not the final cost of $1.3 billion.

pages de l’exemplaire annoté de Jean Drapeau du Rapport de la Commission d'enquête sur le coût de la 21e olympiade déposé en 1980

Page from Drapeau’s annotated copy of the 1980 Rapport de la Commission d’enquête sur le coût de la 21e olympiade. Credit : Jacquelyn Sundberg

In another section he underlined the commission’s findings that he was primarily responsible for the cost overruns.  Directly beneath it, he underlined in red the section that says the City executive must also shoulder part of the blame for not providing diligent oversight.  This is the only section underlined in red in the whole report, and suggests that he perhaps saw this as a lifeline, maybe not to shift the blame exactly, but at least to spread it around.

This new material has garnered substantial media coverage, which gave me the chance to repeatedly tell the public that McGill’s special collections are open to everyone.  So far, several have come to the consult the Drapeau material. One hopes that the media attention will not only help to shed light on Jean Drapeau and Montreal’s history, but also encourage people to explore the many other riches in our collection.

McGill’s Drapeau material in the media

See the Drapeau material at McGill’s Rare and Special Collections.


L’inconnu inconnu : la découverte des archives de Jean Drapeau

Par Chris Lyons, bibliothécaire en chef, Livres rares et collections spécialisées

Mon travail de spécialiste du livre rare est particulièrement excitant quand je découvre ce que Donald Rumsfeld a appelé les « inconnus inconnus ». Ces inconnus sont de nouvelles acquisitions dont j’ignorais jusqu’à l’existence même, mais qui s’intègrent parfaitement à nos collections. Ce ne sont pas des trouvailles dignes du saint Graal comme la bible de Gutenberg ou le premier feuillet de Shakespeare, mais c’est le pain quotidien des chercheurs et des étudiants. Ces documents nous parviennent de toutes sortes de façons : nous compulsons les nombreux catalogues de marchands aux descriptions éloquentes et aux illustrations alléchantes; par ailleurs, il arrive souvent que les bouquinistes qui connaissent nos besoins nous proposent directement certains ouvrages.

Le moyen le plus stimulant de découvrir ces inconnus inconnus consiste à bouquiner dans les librairies et salons du livre ancien. Les salons de moindre importance d’une ou deux journées attirent entre 10 et 20 marchands de livres anciens. Les grands salons internationaux attirent quant à eux les plus gros vendeurs et acheteurs.

Roberts, Leslie, Robert Choquette and Hans van der Aa. Montréal. Montreal: Editions Leméac, 1965. MSG 1144 Département des livres rares et collections spécialisées. Source : Merika Ramundo

Roberts, Leslie, Robert Choquette et Hans van der Aa. “Montréal”. Montréal: Éditions Leméac, 1965. MSG 1144 Département des livres rares et collections spécialisées. Source : Merika Ramundo

Au Salon du livre ancien de Montréal tenu en septembre dernier, j’ai trouvé quelques inconnus inconnus. C’est vers la fin de ma visite, au kiosque de la librairie Bonheur d’occasion – qui porte le nom du fameux roman de Gabrielle Roy –, que j’aperçois du coin de l’œil deux reliures rouges, des albums de photos qui documentent la construction du stade et du parc où ont eu lieu les Jeux olympiques de 1976. Il ne s’agissait pas d’ouvrages publiés en série, mais d’albums uniques ou produits en petit nombre pour les dignitaires et autres initiés. Une mine d’or pour le chercheur!

À ma grande joie, le bouquiniste Mathieu Bertrand m’apprend que ces reliures proviennent des archives personnelles de Jean Drapeau, qui a occupé le poste de maire de Montréal pendant 29 années remarquables (de 1954 à 1957 et de 1960 à 1986). Personnage plus grand que nature, le maire Drapeau a laissé sa marque en modernisant Montréal. Le métro, la Place des Arts et le réseau d’autoroutes qui encercle, traverse, surplombe la ville ou passe dessous portent tous son empreinte. Il a également contribué à mettre Montréal à l’avant de la scène internationale avec Expo 67 et les Olympiques de 1976.

Photo d’Expo 67 tirée de l’album de photos personnelles de Jean Drapeau.

Photo d’Expo 67 tirée de l’album de photos personnelles de Jean Drapeau.

Imaginez mon émoi quand Mathieu m’a dit qu’il avait à sa librairie d’autres documents provenant des archives personnelles de Jean Drapeau. C’est là que j’ai trouvé une collection qui lève le voile sur bien des aspects de la pensée de Jean Drapeau. Nous avons fait l’acquisition de sept recueils de discours prononcés pendant son premier mandat à la mairie. Ces discours laissent penser que Drapeau accordait beaucoup d’importance à ses opinions et à son talent d’orateur. Dans une épaisse reliure réunissant les lettres d’admirateurs de la publication Montreal 64, des phrases élogieuses sont soulignées, peut-être par Drapeau lui-même. Cet homme était manifestement très sensible à son image publique et à celle de sa ville. Des albums de photos personnelles livrent un aperçu d’Expo 67, de Terre des hommes et du banquet donné à l’occasion du premier anniversaire du Parti Civique de Montréal.

pages from Drapeau’s annotated copy of the 1980 Rapport de la Commission d'enquête sur le coût de la 21e olympiade

Page de l’exemplaire annoté de Jean Drapeau du Rapport de la Commission d’enquête sur le coût de la 21e olympiade déposé en 1980. Source : Jacquelyn Sundberg

La pièce de résistance est toutefois l’exemplaire personnel de Jean Drapeau du Rapport de la Commission d’enquête sur le coût de la 21e olympiade déposé en 1980. Dans ce document mieux connu sous le nom de rapport Malouf, le juge Albert H. Malouf, qui présidait la Commission, blâmait le maire pour les dépassements de coûts faramineux qui ont accablé les Jeux olympiques de 1976, particulièrement à la construction du stade. Si Expo 67 a marqué l’apogée de la carrière de Drapeau, alors que le monde entier s’émerveillait de l’audace et du style de l’exposition internationale de Montréal, les Olympiques en ont été le moment le moins reluisant. Les dépassements de coûts astronomiques, les allégations de gaspillage et de corruption, et la conception trop ambitieuse et difficile à réaliser du stade ont entaché l’héritage de Drapeau. Jean Drapeau a été réélu en 1978 et en 1982, mais les Jeux olympiques avaient terni sa réputation.

Toute sa vie durant, Drapeau a évité de discuter du rapport en promettant de publier une réponse aux conclusions du juge Malouf. On a fini par considérer cette promesse comme un autre moyen d’éluder les questions. Or, la découverte de cet exemplaire du rapport fournit une occasion de briser le silence. Le premier volume du rapport pullule d’annotations du maire, qui sont autant d’indices possibles de sa réaction. Ainsi, il a encerclé tous les coûts estimatifs des jeux, mais pas le coût total de 1,3 milliard de dollars.

Page from Drapeau’s annotated copy of the 1980 Rapport de la Commission d'enquête sur le coût de la 21e olympiade. Credit : Jacquelyn Sundberg

Page de l’exemplaire annoté de Jean Drapeau du Rapport de la Commission d’enquête sur le coût de la 21e olympiade déposé en 1980. Source : Jacquelyn Sundberg

Dans une autre section du rapport, Drapeau a souligné les conclusions de la Commission l’accusant d’être le principal responsable des dépassements de coûts. Juste sous ce passage, il a souligné en rouge l’énoncé stipulant que le Comité exécutif de la Ville doit assumer sa part du blâme, car il n’a pas surveillé le projet avec la vigilance qui s’imposait. Ce passage étant le seul du rapport à être souligné en rouge, on pourrait penser que Drapeau le considérait comme une bouée de sauvetage, peut-être pas exactement pour s’exonérer, mais au moins pour ne pas être seul à porter le blâme.

Ces nouveaux documents ont suscité une couverture médiatique considérable, qui m’a donné l’occasion de répéter publiquement que les collections spéciales de McGill sont ouvertes à tous. Depuis, plusieurs personnes sont venues consulter la collection Drapeau. J’ose espérer que l’attention des médias contribuera non seulement à jeter un nouvel éclairage sur Jean Drapeau et l’histoire de Montréal, mais également à encourager le public à explorer les nombreux autres trésors de notre collection.

Archives de Jean Drapeau acquises par l’Université McGill, dans les médias

Visitez la collection Drapeau au Département des livres rares et collections spécialisées de McGill.

Leave a Reply

Library Matters seeks to exchange and encourage ideas, innovations and information from McGill Library staff for our on-campus readers and beyond.
Contact Us!

If you have any questions, comments, or even an idea for a story, let us know!