A tiny window into Montreal’s role in the history of reproductive health

La version française suit

By Mary Yearl, Head Librarian, Osler Library of the History of Medicine

Among the recent arrivals at the Osler Library of the History of Medicine is a set of three lapel pins decorated with an accurately sized replica of the Ortho 1 birth control pill. That the decoration is supposed to represent a pharmaceutical product is easy to miss. Besides their diminutive size, these lapel pins might be considered tiny in that few would have thought to keep them. They are seemingly insignificant pieces of advertising, which were stashed among the belongings of a Montreal gynaecologist.

Ortho 1 lapel pins

Ortho 1 lapel pin. Photo Mary Yearl

Each Ortho 1 pin is truly tiny. The replica pill measures 5mm in diameter, while the artifact itself stretches to 55mm in length. The amount of information we have about the pins matches their small size. We know that their owner was a Montreal gynecologist, but all other information about the pins is speculative. How did the doctor come across these pieces? Were they in a bowl on a table at a conference? Were they brought into his office by an Ortho Pharmaceuticals representative? We leave it to others to imagine or to investigate.

While there may be gaps in our knowledge about these tiny treasures, they do present an opportunity to open up a much bigger – and highly significant – conversation about Montreal’s place in the history of reproductive health. The pill lapel pins provide a taste of larger treasures that reside at the Osler Library. For instance, the library’s collections include several editions of the Birth Control Handbook, co-edited by McGill students Donna Cherniak and Allan Feingold. Our holdings (editions 4-6 and 8-12, published in the years 1970-1974) have been used for discussion in many McGill classes over the years.

Birth Control Handbook, 1968

The Birth Control Handbook first published in 1968, it was reprinted several times. Photo Mary Yearl

The handbook was an instant success when it was published in 1968, selling millions of copies in Canada and the United States. It was part of a movement, one of the first of its kind, and provided information about reproduction, sexuality, relationships, birth control, and abortion, in a time when it was illegal to provide much of that information. Significantly, Cherniak and Feingold’s Birth Control Handbook predated the Boston Health Collective’s Our Bodies, Ourselves (1971), an expanded work that ultimately gained greater international prominence.

 

Pregnancy test kit developed by Margaret Crane. Photo Mary Yearl

Complementing both the pill lapel pins and the Birth Control Handbook is another recent acquisition, whose historical significance far outshines its physical size or appearance. Thanks to a connection made at a history of medicine conference, the Osler recently purchased a home pregnancy test kit from its creator, Margaret Crane. Though she developed the kit in New York while working as a graphic designer for Organon Pharmaceuticals, it was first test-marketed in Montreal in 1971 by Chefaro Labs. The test kit was beautifully simple, taking its design from a clear plastic paper clip container. There were early objections to the kit: some feared that allowing women to test for pregnancy themselves would alienate commercial labs who profited from doing the tests themselves; others’ objections were moral, believing that home pregnancy tests would result in abortions. Ultimately, the prospect of good sales prevailed for the home pregnancy test kit. Correspondingly, the demand for the production and dissemination of reproductive health information – including about contraceptive pills – grew rapidly.


 Une miniscule persective sur le rôle que Montréal a joué dans l’histoire de la santé reproductive

Par Mary Yearl, bibliothécaire en chef, Bibliothèque Osler d’histoire de la médecine

Au nombre des pièces parvenues dernièrement à la Bibliothèque Osler d’histoire de la médecine, on trouve un ensemble de trois épinglettes ornées d’une réplique à la taille exacte de la pilule contraceptive Ortho 1. À première vue, on ne remarque pas nécessairement que cette décoration est censée représenter un produit pharmaceutique. On peut aussi considérer ces épinglettes comme du menu fretin puisque rares sont ceux qui ont songé à les conserver. Apparemment, il s’agit d’articles promotionnels sans importance enfouis parmi les biens d’un gynécologue montréalais.

Ortho 1 lapel pins

Épinglette Ortho 1. Photo Mary Yearl

Les épinglettes Ortho 1 sont menues à bien des égards. Certes, il y a leur taille : la réplique de la pilule fait 5 mm de diamètre et la longueur totale de l’objet, 55 mm. Mais la quantité de renseignements à leur sujet est sans doute encore plus ténue. Nous connaissons leur propriétaire, mais ne pouvons divulguer seulement qu’il s’agissait d’un gynécologue montréalais. Tous les autres renseignements sur ces épinglettes relèvent de la spéculation. Comment ce gynécologue se les est-il procurées? Les a-t-il cueillies dans un bol posé sur une table à l’occasion d’un congrès? Un représentant d’Ortho Pharmaceuticals les a-t-il apportées à son cabinet? Nous laissons à d’autres le soin d’enquêter sur leur provenance, ou de l’imaginer.

Si nous ignorons quantité de faits à propos de ces trésors minuscules, nous savons en revanche qu’elles offrent une occasion d’amorcer une conversation beaucoup plus large – et assurément importante – sur la place de Montréal dans l’histoire de la santé reproductive. Ces épinglettes donnent une idée des trésors encore plus imposants qu’abrite la Bibliothèque Osler. Par exemple, les collections de la bibliothèque comprennent plusieurs éditions du Birth Control Handbook, qu’ont corédigé les étudiants mcgillois Donna Cherniak et Allan Feingold. Nos exemplaires (éditions 4 à 6 et 8 à 12, publiées entre 1970 et 1974) ont servi à des discussions dans nombre de salles de classe de McGill au fil des ans.

Birth Control Handbook, 1968

Birth Control Handbook publié en 1968 été rééditée à plusieurs reprises. Photo Mary Yearl

Lors de sa publication, en 1968, cet opuscule a remporté un succès instantané comme en fait foi la vente de millions d’exemplaires au Canada et aux États-Unis. Il s’inscrivait dans un mouvement, parmi les premiers du genre, et fournissait des renseignements sur la reproduction, la sexualité, les relations, la régulation des naissances et l’avortement à une époque où il était illégal de fournir un large pan de cette information. Soulignons que la parution de Birth Control Handbook, de Cherniak et Feingold, a précédé celle de Our Bodies, Ourselves (1971), du Boston Health Collective, vaste ouvrage dont la réputation internationale a surclassé celle du travail des auteurs mcgillois.

Trousse de test de grossesse maison crée par Margaret Crane. Photo Mary Yearl

En sus des épinglettes arborant une pilule et le Birth Control Handbook, mentionnons une autre acquisition récente dont l’importance historique dépasse la taille et l’apparence. Grâce à un contact à l’occasion d’un congrès sur l’histoire de la médecine, la Bibliothèque Osler a acheté dernièrement une trousse de test de grossesse maison à sa créatrice, Margaret Crane. Quoiqu’elle l’ait développé à New York, où elle travaillait à titre de graphiste auprès de la Organon Pharmaceuticals, c’est la firme Chefaro Labs qui a lancé cette trousse à Montréal, en 1971, dans le cadre d’un essai de commercialisation. Merveilleusement simple, la conception de la trousse s’inspirait d’une boîte de trombones en plastique. Elle a rapidement suscité des objections : d’aucuns craignaient de se mettre à dos les laboratoires commerciaux qui bénéficiaient de ces tests si on permettait aux femmes de vérifier elles-mêmes si elles étaient enceintes; d’autres, persuadés que les tests à la maison mèneraient à des avortements, invoquaient des arguments moraux. En fin de compte, c’est la perspective de réaliser de bonnes ventes qui l’a emporté tant pour les tests de grossesse que pour les petites pilules roses Ortho 1, et la demande de production et de diffusion se sont transformées rapidement pour gagner en ampleur.

 

Leave a Reply

Library Matters seeks to exchange and encourage ideas, innovations and information from McGill Library staff for our on-campus readers and beyond.
Contact Us!

If you have any questions, comments, or even an idea for a story, let us know!